Centre culturel Charlie Chaplin
Place de la Nation
69120 Vaulx-en-Velin

tél : 04 72 04 81 18
fax : 04 72 04 37 03

N' être

théâtre

cendrillon allongée sur le sol N'Etre dort, accroupie derrière elle une demond tente de la séduire
N'Etre et les Démones





 

Sur les hauts plateaux du Tibet, bravant l’interdit de sa mère, Lumière-Turquoise, la jeune héroïne, va chez les Srin-mo, les démones. Séduite, coussins chatoyants, paroles sucrées, elle se laisse emporter dans un tourbillon de folie. Elle suit leurs conseils et tue sa propre mère en lui coupant les seins...
Les démones, une mère et une fille : doubles mauvais contre lesquels il va falloir lutter…
Ce conte aux surprenantes similitudes avec notre Cendrillon européenne, nous entraîne dans les mystères de l’âme, de la construction de l’être…
Sur scène trois interprètes incarnent tour à tour les personnages du récit.
Tout comme la parole des personnages, le chant est porté à plusieurs voix, et la danse circule dans tous les corps. Pour raconter cette histoire ils accordent leurs disciplines, s’interpellent et se répondent. La magie des costumes nous transportent sur les hauts plateaux du Tibet.
le Vétala d’or dont est issu notre conte, N’être la Cendrillon tibétaine, est un recueil d’histoires qui circule en Inde, au Tibet, au Népal. Sa structure générale est initiatique et religieuse : un homme, pour gagner le salut doit porter sans prononcer une parole en haut d’une montagne, le corps d’un mort (cadavre, âme, fantôme...)
N-être est une adaptation du conte XI

Dates

  • le 16 décembre 2014 à 19:30
  • le 17 décembre 2014 à 15:00

Tarifs

  • 11.00 €
  • 8.00 €
  • 5.00 €
Acheter des places

Distribution

  • Texte Histoires du Vétala d’or
  • Traduction du Tibétain Macdonald
  • Adaptation Françoise Barret
  • Musiques Isabelle Bazin
  • Conteuse, comédienne Françoise Barret,
  • Chant-accordéon Isabelle Bazin
  • Danse Wilfried Ohouchou
  • Mise en scène Jean-Louis Gonfalone
  • Chorégraphie Annick Charlot
  • Costumes Laurence Simon-Perret
  • Lumière Frédéric Dugied
  • Photo © Dimitri Caulaincourt