Philip Catherine Trio invite Enrico Pieranunzi

Tony Malaby / Philip Catherine



Philip Catherine Trio no Ao Vivo Music.
Imagens por Julio Acevedo.

Né à Londres en 1942 d’une mère anglaise et d’un père belge, né dans une famille de musiciens puisque son grand-père était premier violon de l’Orchestre Symphonique de Londres. 

Philip Catherine est très vite attiré par la musique même s’il n’envisage certainement pas d’en faire son métier.
A quatorze ans, il est séduit par la guitare de Georges Brassens en même temps qu’il connaît un véritable coup de foudre pour Django Reinhardt. Il écoute très vite  tous les grands musiciens de jazz de son époque ; puis  rencontre et accompagne ceux qui passent par Bruxelles où sa famille s’est installée.

Et s’il entreprend des études de Sciences Economiques à l’Université de Louvain, il effectue déjà des tournées en Europe avec le trio de Lou Bennett.
En 1971, une fois ses obligations militaires remplies, il sera engagé dans le quintette de Jean-Luc Ponty.
C'est en 1971qu'il enregistre son  premier album : c’est « Streams », qui sera suivi trois ans plus tard par « September Man » et « Guitars ».
On  y reconnaît à la fois un guitariste virtuose, et un grand  compositeur.

Philip Catherine sera dès lors l’invité des plus grandes salles de concerts :
  • Philharmonique de Berlin
  • Carnegie Hall de New York,
  • Concertgebouw d’Amsterdam,
  • Olympia et la Salle Pleyel à Paris,
  • le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles.

Philip Catherine aime aussi l’ambiance chaleureuse et intime des clubs de jazz, et on l'applaudira régulièrement avec des géants du jazz : Charlie Mingus, Benny Goodman, Toots Thielemans, Stéphane Grappelli, Dexter Gordon, Charlie Mariano et surtout Chet Baker à qui il doit beaucoup.
Il vient de pubier chez Dreyfus Music : l’enregistrement d’une soirée inoubliable au Cap Breton avec Enrico Pieranunzi, Hein Van de Geyn et Joe Le Barbera…
à découvrir et à savourer sans modération.